Rechercher
  • Stéphane

LE CINEMA : CE MONDE A PART

Mon premier vrai plateau.


Je ne sais pas pourquoi ça m'est revenu comme ça. Peut être parce que je m'éclate actuellement sur un long métrage et que, modestement, je mesure le temps parcouru.



Hiver 2015 : tournage de Fandoryne : Ici-bas.


Quelque part dans le sous-sol bordelais, un ballet incessant composé de peintres, de menuisiers, de mains qui déblaient et de marteaux qui clouent, transforment un parking en pièce de musée.





Si dehors, le soleil brille, ici il fait sombre et le thermomètre n’affiche que quelques degrés. Un électricien installe une mandarine. Elle éclaire autant qu’elle chauffe. A 800w la loupiotte, on vérifie le compteur : 32A. Ca passe.




Arrive un spécialiste de la résine époxy. Il apporte des éléments de décors et des idées de costume. Evidemment, l'ingé-son demande s'il peut faire des trous pour passer ses micros HF.





Le jeune réalisateur observe la scène et répond aux mille questions qui l’assaillent et qu’aurait dû intercepter l’assistant réal.




Au bout d’une semaine, le plateau est prêt.






Si la régie arrive la première, les plus attendus restent ceux du catering qui nourrissent tout le monde, préparent le café et veillent au bienêtre de tous.





Se succèdent les personnes de la production, les techniciens, l’équipe cadre et enfin : comédiens et figurants. Certains répètent encore tandis que d’autres enfilent leur costume. Ils se font coiffer, maquiller, dorloter. Un jeune assistant-Son les équipe de micros HF. Pas facile.






La scripte vient d’arriver. On va pouvoir tourner. Le réalisateur, chef d’orchestre d’une cinquantaine d’intervenants, motive les comédiens. C’est son premier métrage.



On veut tourner. On ne trouve plus le clap. La tension monte. Le machino le retrouve. On plaisante. Tout le monde retrouve sa place.



Lumière. Le plateau s’illumine de cette ambiance sculptée qu’on ne trouve qu’au cinéma.



Silhouette, mise au point image - « Pas d’ombre de perche ? » entend-on du perchman. L’ingé-son le rassure. Les acteurs entrent en scène puis répètent une méca. Tout le monde est au point. Tout le monde est en place. On va pouvoir commencer.


La fumée se dissipe, le silence se fait.


- Moteur demandé !

- Ça tourne au son

- Ca tourne à l’image

- Annonce !



Le troisième assistant plateau entame son moment de gloire. Il empoigne le clap. Le place, annonce la scène puis fait frapper le heurtoir : CLAP ! Il doit être net et précis car au montage, il aidera au dérushage et facilitera grandement la synchro entre l’image et le son.


- Cadré

- ACTION !





...



Ca a duré 5 jours. 5 jours de partage, même sens, même cap, même folie.


Ensuite, il a fallu tout ranger. Le plateau est redevenu un parking.




Spleen…




Photographe : Sébastien Blanchetière

Photo du plateau de tournage de "Fandoryne : Ici-Bas" de Quentin BABOT-ALVAREZ (2016)

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout