Rechercher
  • Stéphane

FILMER DANS L'OBSCURITE : COMMENT CA MARCHE ?

Il arrive qu'on soit déçu d'images prises en soirée : trop sombres, mouchetées (ou bruitées), perte de détails. Ca peut être voulu mais lorsque c'est subi, il est bon de comprendre pourquoi.


Là, c'est voulu !


Pourquoi ?

Si une image est faite de lumière, donc pour l'enregistrer, il faut qu'il y en ait en quantité suffisante pour sensibiliser les photosites du capteur de la caméra.


Evidemment, plus le capteur est grand, plus la surface réceptrice de lumière sera grande et vos photos seront plus lumineuses. Conséquence : les photos sont moins bruitées, plus définies et finalement plus jolies.


Quelques exemples de tailles de capteur selon les types de caméras :


- Un capteur dit « plein format » d’appareil photo professionnel ou de certaines caméras cinéma mesure 24 x 36 mm = 864 mm².


- Un capteur dit « Super 35 » de caméra professionnelle classique (APS-C sur les appareils photos) mesure 13 x 23 mm = 299 mm².


- le plus grand des capteurs d'un IPhone XII mesure 1/1,76 pouces de diagonal soit environ 40 mm².


Question quantité de lumière reçue, l'IPhone est donc totalement largué.


Tailles des différents capteurs selon la caméra ou l'appareil photo - Sources : Cnetfrance.fr



Les solutions ?

Le problème des capteurs numériques est que, comparés à l'œil humain, ils sont petits et peu sensibles. Pour que l'image soit bonne, il leur faut plus de lumière.


Sur un appareil photo ou une caméra professionnelle, vous pouvez vous aider de l'histogramme. Il vous permettra de vérifier que la lumière soit suffisante et ajuster l'ouverture de votre objectif en fonction.


Si la courbe de l'histogramme est plutôt à droite, il y a trop de lumière. Si elle est plutôt à gauche, l'image sera sombre et il vous faudra augmenter la quantité de lumière.


L'histogramme - Source : https://avecunphotographe.fr/



Si on ne peut ni éclairer, ni jouer sur l'ouverture de l'objectif, ni sur d'autres paramètres comme la vitesse d'obturation, le shutter ou la cadence, alors il ne reste qu'une seule option : les ISO.



Les ISO, c'est quoi ?

Pour pallier au manque de lumière, les constructeurs savent booster artificiellement la sensibilité des capteurs en augmentant l’intensité électrique envoyée aux photosites (ou au retro éclairage du capteur). C’est cette intensité que l’on modifie lorsqu’on règle les ISO sur un appareil photo ou une caméra.


Augmentation de la sensibilité du capteur grâce aux ISO - Source image : lesvoyagesdetaco.fr


Sauf qu’en procédant ainsi, les photosites s’« éblouissent » les uns les autres et faussent leur mesure. Cela se traduit par du bruit numérique. L’image est mouchetée et perd en détails. On dit qu'elle est bruitée. Plus on monte en ISO, plus elle est bruitée (et plus c’est moche).


Aspect de l'image selon la valeur d'ISO (125 ISO, 200 ISO etc...) - Source image : cnetfrance.fr


Sur les caméras paramétrées en tout automatique, l'image prise dans l'obscurité est bruitée parce que l'appareil, qui a détecté un manque de lumière, a monté les ISO de manière automatique. C'est le cas des smartphones.


L'avantage des grands capteurs

La solution inventée par SONY (que beaucoup ont repris) a été de concevoir des photosites plus gros, plus sensibles et plus éloignés les uns des autres. Sur le capteur, il y a donc moins de photosites et cela réduit sa définition. Mais de fait, ils se polluent nettement moins les uns les autres et ces appareils peuvent monter très haut en ISO sans obtenir de bruit significatif.

La limite de cette technique est que pour proposer des définitions acceptables (minimum HD voire 4K), il faut un grand capteur. C’est donc réservé aux appareils d'une certaine dimension et physiquement impossible à réaliser sur un appareil aussi miniaturisé d'un smartphone. Ajoutez la course (marketing) aux pixels, on comprend que ces derniers ont tendance à bruiter davantage que les autres.


La post production

Par ailleurs, il existe certains programmes ou plug-In capables de dé-bruiter une photo ou une vidéo. Ils sont généralement couteux et les résultats sont variables d'un logiciel à l'autres. En outre ils dépendent de la nature de la vidéo. Si elle est compressée alors elle aura subi des pertes et le bruit sera difficilement rattrapable. Toutes les vidéos issues de smartphones et appareils photos grand public sont compressées.



Conclusion

Pour filmer par faible luminosité, sauf à disposer d'un grand capteur et d'un objectif lumineux comme sur les appareils photos ou les caméras professionnelles, il n'y a pas de solution miracle. Pour une belle image détaillée, sans bruit et qu'on sera fier de montrer, il faut éclairer la scène. A défaut, plutôt qu'un smartphone, préférez un appareil photo, même compact. Le résultat en vaut la peine et ce sera nettement plus qualitatif.









16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout